A la découverte de Laurent Berret et de ses améliorations continues.

 

Laurent Berret, présentez-nous en quelques mots votre parcours.

 

Je suis issu de la promotion WIBS-IPME 1990. Je suis actuellement responsable du développement continue au sein de la société Anovo.

 

Comment avez-vous découvert Weller ?

 

J’ai découvert WIBS-IPME lors d’un salon étudiant. Baccalauréat en poche, j’hésitais entre un cursus d’école de commerce et un BTS. Le cursus professionnalisant en trois ans post-bac, les programmes très orientés terrain, et bien sûr l’opportunité du grand voyage professionnel en Californie durant la troisième année ont été les facteurs déclencheurs de ma décision.

 

Quel souvenir gardez-vous de votre cursus ?

 

Excellent. Je voulais que l’on m’enseigne du concret et de l’utile, et j’ai été satisfait. Je considère que l’école m’a bien préparé à la réalité quotidienne de l’entreprise.

Fraîchement de retour de l’armée, mon voyage de six mois à San Francisco reste un grand souvenir. Grâce à des recherches préalables, j’ai pu trouvé deux missions export dans le secteur de la sous-traitance automobile : l’une où je participais à la fabrication des stands permettant de mesurer l’état de surface de taules destinées à la construction d’automobiles, l’autre où j’étudiais des nouvelles solutions de sécurités incendie pour des véhicules. Je participais non seulement à l’amélioration de leurs produits, mais je devais également les vendre sur le marché américain. J’ai beaucoup appris de ces deux expériences : elles ont je crois fortifié en moi l’esprit de responsabilité, l’autonomie et l’adaptabilité.

 

Avez-vous continué à travailler pour ces entreprises une fois votre diplôme obtenu ?

 

J’ai rejoint l’entreprise de mon père spécialisée dans la signalétique pour l’industrie automobile en tant que commercial pendant plus d’un an.

Je m’adonnais parallèlement à une de mes grandes passions : le rugby. J’ai toujours énormément pratiqué ce sport, en club et à l’armée. J’ai été même capitaine de l’équipe championne de France militaire ! Joueur en D2 et en D1 avec l’équipe de Mont-de-Marsan, j’ai eu le plaisir de partir jouer 4 mois en Afrique du Sud en 92 !

 

A mon retour en 1993, j’ai rejoint ABIndustrie, entreprise sous-traitante automobile spécialisée dans le découpage et l’emboutissage. J’ai pris activement part à son développement, et occupé de nombreux postes en production, commercial, avant d’en devenir le directeur général. Nous étions 90 personnes lors de mon arrivée, 300 en 2001, année de son rachat par des investisseurs étrangers.

C’est à cette époque que j’ai commencé à connaître, grâce à mes clients, les outils d’amélioration de Lean Manufacturing, d’amélioration continue. Il s’agit d’une approche en réalité à la fois globale et ultra spécifique : management et recherche permanente d’amélioration de l’organisation de façon globale et optimisation du moindre détail.

J’ai décidé d’en faire ma spécialité.

 

Comment cette évolution s’est-elle concrétisée ?

 

Après m’être intensivement formé à ces pratiques, j’ai créé mon entreprise de conseil. Nous accompagnions nos clients GE/PME dans la mise en place du Lean Manufacturing, également dans la mise en place de norme ISO et de moyens de contrôle. L’intérêt majeur était que nous bâtissions des projets de A à Z. En parallèle, nous avons également commercialisé un outil de mesure 3D par lecture optique, technologie qui faisait à ce moment-là ces tout premiers pas. Cette aventure a duré 4 années, jusqu’en 2007, année de mon départ pour l’Argentine.

 

Vous avez donc fermé votre entreprise ?

 

Oui, j’aspirais à me développer ailleurs et c’était le moment. L’entreprise avait atteint une taille critique et je devais faire un choix : soit développer et me sédentariser en France, soit fermer l’entreprise à ce stade et poursuivre une aventure plus personnelle autrement. Le désir de partir a été le plus fort.

Parlant couramment l’espagnol, je me suis mis à la recherche d’une expérience de management en Argentine analogue à ce que j’avais pu faire en France. Après plusieurs mois sur place et quelques missions de consulting, il m’a été proposé un poste de responsable de production au sein de la société MA, multinationale italienne sous-traitante de l’industrie automobile, qui faisait du découpage emboutissage, des ailes des portes, des pièces visibles entre autres. Je m’occupais de l’amélioration continue, de la gestion du personnel et de la production.

Une fois ma mission à terme, je suis rentré en Europe et me suis installé à Barcelone.

 

Fin 2013, j’ai rejoint la société Anovo comme directeur de site. Je devais piloter le transfert opérationnel d’un important site de production, la gestion, l’accompagnement du repreneur, organiser le transfert des processus de production, assurer la formation, mettre en place l’amélioration continue pour assurer les commandes et éviter la rupture de flux.

Je viens tout récemment d’être promu responsable de la branche développement continue.

 

Avez-vous un conseil à partager avec les autres Alumni ?

 

Rien qu’ils ne sachent certainement déjà! (Rires)

Osez tenter votre chance ! Découvrir et apprivoiser l’inconnu, le comprendre et l’améliorer est une aventure quotidienne passionnante !

 

Merci Laurent !