Cher Jean, comment as-tu découvert Weller ?

 

Après le bac, je me suis senti naturellement attiré vers des études juridiques. La pratique du droit répond à une curiosité présente en moi depuis mon plus jeune âge : connaître ce que je pouvais faire ou ne pas faire, pouvoir se défendre, aider les autres. Adolescent, le métier d’avocat me fascinait : prendre la parole, plaider une cause, conseiller, guider d’autres personnes…Me voilà donc à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris 1).

Après les 3 années de licence et un master 1, je me spécialise dans un Master 2 en droit international. Je le complète dans la foulée par un autre master 2, celui de l’Ecole des hautes études internationales et politiques de Paris. La forte notoriété de cette dernière et le réseau de partenaires internationaux sont des critères souvent déterminants sur le marché de l’emploi juridique.

 

Comment WIBS s’est-elle insérée dans ton parcours éducatif ?

 

Fort de deux 2 Master 2 en droit, je sentais pourtant qu’il manquait encore quelque chose pour que ma formation soit complète : une expertise financière.

Un excellent avocat se doit d’être parfaitement à l’aise avec les lettres mais également les chiffres. Il fallait que je me forme à tout cela ! C’est cela qui a motivé mon choix de suivre un mastère 2 ingénierie financière et développement d’entreprise à la Weller International Business School (WIBS). Ainsi, je pourrai avoir une double compétence juridique et financière.

En outre, le développement commercial est une dimension trop souvent laissée de côté dans les études juridiques et je voulais avoir toutes les cartes en main pour un jour prochain, entreprendre et créer mon propre cabinet !

 

Très judicieux en effet ! Comment s’est passée ton expérience WIBS ?

 

Je suis tout d’abord allé voir sur internet, lire les forums, lire les témoignages d’étudiants sur la qualité de la formation…Ensuite, j’ai passé les tests pour l’admission directe en cinquième année de mastère !

Je garde un excellent souvenir de WIBS. J’ai pu recevoir une formation solide en comptabilité, en finance et découvrir très profondément les fonctionnements des entreprises et des marchés financiers. Les professeurs ont été extrêmement stimulants, ils nous disaient sans cesse : renseignez-vous, préparez-vous et lancez-vous dans l’aventure de la création d’entreprise ! C’est pendant les mois WIBS que j’ai découvert et consolidé ce désir latent de monter ma propre structure.

Très bon bilan donc. Cette année m’a fortifié, j’ai pu oser écouter mon esprit créatif et affirmer mon désir d’entreprendre. Le stage en milieu d’année a pu également enrichir ma vision des métiers de la finance et du juridique.

 

Parle-nous de ce stage !

J’ai fait mon stage pendant 6 mois à Natixis Banque en Compliance, c’est-à-dire le département qui gère la conformité. Je m’occupais de la rédaction et du suivi de toutes les diligences (enquêtes) effectuées avant que la banque entre en transaction avec un nouveau client. Ces enquêtes sont très importantes, obligatoires, et régulièrement renforcées pour lutter entre autres contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les directives européennes et les lois américaines obligent les établissements bancaires à obtenir des informations très précises de leurs clients.

Dès la fin de ce stage, j’ai intégré un cabinet d’avocats en tant que juriste. Je rédigeais les assignations, conclusions, lettres de mise en demeure et courriers divers. Tandis que j’étais employé, j’ai préparé l’examen du barreau du Centre régional de formation à la profession d’avocat (CRFPA) que j’ai réussi grâce entre autres à mon expérience en cabinet.

 

Dernière étape avant de devenir avocat !

 

Exactement ! J’intègre alors (enfin !) l’école des avocats de Paris, la fameuse Ecole de formation du barreau (EFB).

La formation est en 3 temps et elle dure 18 mois : 6 mois de cours à l’école en présentiel, 6 mois à la Cour administrative d’appel de Paris en projet pédagogique individuel (PPI) et les 6 derniers mois dans un cabinet d’avocats à Paris. Je suis motivé, je renforce mes compétences et tout se passe parfaitement !

A l’issue de la formation, je réussis le CAPA (Certificat d’aptitude à la profession d’avocat) !

 

Te voilà désormais avocat !

 

Oui ! Et séance tenante, je crée ma propre structure : Cabinet FOZING ! Je me lance dans l’aventure.

Nous proposons des expertises complémentaires pour accompagner nos clients dans toutes leurs nécessités juridiques.

C’est une aventure humaine riche et très intense : je suis ravi !

 

Le message est passé ! Bonne chance et surtout bon développement Jean !

 

 

Septembre 2017