Bonjour Hélène, raconte-nous ta découverte de Weller International Business School ?

 

Mon bac ES en poche, je n’avais pas d’idée précise de ce que je voulais faire.

Ce n’est qu’au moment du choix d’orientation en terminale que je me suis vraiment posée la question de ce qui pourrait me motiver. Après réflexions, j’ai pris conscience que le travail en équipe, l’organisation et la négociation étaient des piliers de travail ! je me suis donc orientée vers des études commerciales généralistes.

J’ai fait ma première année dans une autre école de commerce parisienne qui ne m’a pas plu du tout ! C’est l’été suivant que j’ai découvert WIBS et son directeur Monsieur Benssoussan à un salon professionnel. Le contact est très bien passé. Il m’a présenté la philosophie de l’école :  beaucoup de travail, des expériences pratiques et plusieurs voyages pour découvrir le monde du travail. Du concret. J’ai signé !

 

Comment les années WIBS se sont-elles passés ?

 

Très bien. J’étais très impatiente de commencer à travailler. Dès la première année, de décembre à mars, j’ai trouvé un stage au sein d'une boutique e-commerce : je m’occupais de la mise en rayon digitale lorsque je n’étais pas en cours. Il faut être précis et rigoureux : la moindre approximation peut devenir une raison de ne pas transformer une vente. Cette première expérience m’a ouvert les yeux sur le monde digital et son potentiel incroyable !

Enchaînement l’année suivante : Barcelone. J’obtiens un stage en tant qu’assistante broker directement sur le port. J’assiste activement toute l’équipe dans la gestion des tâches administratives récurrentes (devis et suivi) liées aux convoyages dans tout le bassin méditerranéen.

Un seul mot résume pour moi ce voyage : Intense. Ces voyages d’études à la DLC limitée -une Date Limite de Consommation de quelques mois- invitent à vivre pleinement chaque instant et c’est ce que j’ai fait !

Aux Etats-Unis l’année suivante, j’ai décroché un stage d’assistante au département juridique d’une société d’import de vêtements de marques européennes vers les US. Mon rôle était de suivre les litiges pour faire de sorte que leur traitement aboutisse.

Mon responsable, un français installé là-bas depuis des années me laissait une grande liberté d’action et d’organisation, c’était très agréable de travailler dans la confiance. J'ai découvert un autre rythme et une culture particulière au travail : très à l'américaine, c'était une expérience hors norme !

Et puis la quatrième année déjà. Pas de voyage. Je reste à Paris et me consacre à la recherche d’un stage de qualité. Je rejoins un grand nom du digital, Yahoo, pour un stage d’assistante commerciale. J’étais une fois de plus au service des équipes commerciales dans la réalisation des différentes procédures.

Fin de l’année, mémoire et voilà l’expérience WIBS terminée (ndlr : l’école proposait à ce moment-là des cursus en 4 ans) !

Un Master 2 spécialisé en Marketing et nouvelles technologies dans une autre école de commerce pour étoffer mes compétences, et me voilà ma formation initiale complète !

 

Superbe ! Quelles ont été tes premières expériences ?

 

A la sortie de l’école, je suis devenue chef de projet Intelligence Artificielle dans une start-up internationale nommée VirtuOz (depuis rachetée par Nuance Communication). 100% nouvelles technologies ! J’ai mis en œuvre les fondamentaux de la gestion projet et du management de la relation client que j’avais apprise chez WIBS !

Après un peu plus de 2 ans, mon impatience mal canalisée m’a rattrapée et j’ai eu envie de changer.

C’est alors qu’un copain, directeur de production d’une agence mobile (site web et applications) me propose de le rejoindre en tant que responsable de la production dans sa société.  La mission consiste à optimiser les procédures, revoir l’organisation des équipes en profondeur et participer au contrôle de la qualité globale des produits édités. Motivée, je saisis l’opportunité !

Au bout de quelques semaines, je me rends compte que cela va être plus difficile que je ne l’imaginais : le passage du théorique –nous allons transformer l’organisation pour plus d’efficacité- au pratique –ça change aujourd’hui- a créé de nombreuses réticences, des blocages et des difficultés multiples au sein de l’organisation ! Tout ce petit monde était dans sa zone de confort : il n’était pas naturel d’accepter le changement, malgré le bénéfice collectif et la performance industrielle !

Au bout de quelques mois et plusieurs réformes, je me suis faite éjectée du navire par ceux qui m'avait donné cette feuille de route compliquée. Une sacrée leçon de vie.

A ce moment-là, j’ai pris de plein fouet ce qui m’avait pourtant été enseigné : le monde du travail peut aussi être violent et il est important de choisir des métiers en adéquation avec ses valeurs personnelles.

 

Qu’as-tu fait ensuite ?

 

Je suis devenue prestataire de services informatiques pour la Direction des Systèmes d’Information d’un grand groupe. Nouvel univers, nouveaux codes : j’ai découvert le quotidien de la gestion de projet pour une très grande entreprise, la politique omniprésente et les procédures parfois abscondes. J’ai pu aussi découvrir de nouvelles dimensions de ce métier et développer intensivement mes compétences.

De retour de mon congé maternité, la SSII pour laquelle je réalisais mes prestations m’a embauchée comme commerciale : me voilà ingénieure d’affaires à vendre les prestations que je faisais auparavant ! Le cadre de travail change, l’exigence demeure identique. Tout doit être clair, net et précis, le management est axé sur l’humain et la performance individuelle et collective. Accompagnée, je m’investis beaucoup et vais chercher la performance. Cela va durer un peu plus de 2 ans.

Toutes les expériences sont bonnes à prendre, je m’autorise à poursuivre une bonne idée de startup pendant 6 mois avant de choisir de renoncer.

S’en suivra une autre expérience en tant que chef de projet digital dans une start up spécialisée dans la gestion de la relation client.

Au final, mes expériences se multiplient, elles se passent bien la plupart du temps mais mon constat personnel reste le même : même si je me plais à travailler dans des contextes différents, je ne me sens pas entièrement satisfaite par ce que je fais.  Il me manque quelque chose. J’ai le sentiment d’une fuite en avant.

Début 2017, je décide donc de m’arrêter pour faire le point et prendre le temps de poser les choses.

 

Quel a été le résultat de temps d’analyse ?

 

Ce moment de réflexion m’a permis de faire un point complet sur mes 10 premières années de carrière.

J’ai analysé mon parcours et j’ai réalisé que j’ai enchaîné, presque empilé, des expériences très différentes et complémentaires : chef de projet IT, responsable de production, ingénieur d’affaires, entrepreneure …

Il y a bien des savoirs faire communs : une forte dimension commerciale, du management, de la gestion de projet IT et beaucoup de nouvelles technologies !

Mais aussi une belle dose de savoirs être : des goûts prononcés pour les relations humaines, les challenges et la transmission de la connaissance.

C’est donc en alignant horizontalement tous ces éléments que la vision transverse est apparue : la formation. En effet, charge à moi de concilier tous les éléments dans un poste de formatrice. Une dernière question à me poser : salariée ou indépendante ?

 

Et… ?

 

Je décide de créer mon entreprise ! J’ai fait une école de commerce pour cela après tout !

Heureuse d’avoir trouvé, je mets en place le plan d’actions nécessaire, je m’inscris et suis la formation SIPCA : Former des adultes.

 

Top ! Peux-tu nous en dire plus sur les formations que tu proposes ?

 

J’ai donc 2 activités aujourd’hui :

  • Je travaille avec mes clients au design et mise en place d’une stratégie de fidélisation de leurs clients, grâce à un ensemble de services, dont la formation fait partie.

Pour mes clients, des éditeurs de logiciels, la vente est la première étape de la relation, la fidélisation consiste à continuer de construire au quotidien une satisfaction client et réduire la sensibilité de leurs clients à la concurrence, dans un mode globalisé, agile et digital.

  • D’autre part, j’interviens pour différents organismes de formation sur la gestion de projets et la conduite du changement.

 

Passionnant ! Bravo Hélène ! Bravo pour cette belle conversion de tes talents et longue vie à ta nouvelle entreprise !

 

Septembre 2017