Comment as-tu découvert WIBS ?

 

J’ai commencé par une terminale et un bac STMG (Science et Technologie du Management et de la Gestion). Suite à un problème technique qui a entrainé la non-validation de mes premiers choix sur le programme Admission PostBac (problème très courant avec ce programme), je me suis dirigé vers un premier concours pour obtenir une ESC.

J’ai rejoint dans la foulée un grand groupe scolaire en Normandie où je ne suis finalement resté qu’une seule année. Les méthodes d’enseignements et plus généralement l’état d’esprit n’était pas en adéquation avec mes valeurs : je me sentais perdu dans la masse des étudiants. J’avais envie d’autre chose. J’ai donc passé de nouveaux concours et c’est ainsi que j’ai intégré WIBS.

WIBS m’apparaissait à première vue avoir trouvé une bonne recette entre théorie et pratique. J’appréciais le fait de faire partie d’une école indépendante à taille humaine, qui plus est à Paris. Direction WIBS !

 

Parle-nous de tes 5 années chez WIBS ?

 

Très agréable. J’ai passé les 6 premiers mois en France et la deuxième année, je suis parti à Barcelone en école de langues afin de perfectionner mon espagnol. J’ai adoré le fait de pouvoir découvrir l’Europe tout en travaillant sur un projet d’export concret. Cela a développé très vite ma capacité à être autonome, indépendant et plus débrouillard.

Dès la troisième année, j’ai intégré le BDE pour participer plus activement aux événements de l’école. Parallèlement, j’ai choisi de suivre le programme Bachelor 3 100% en anglais afin de poursuivre ma progression en langues. Ce choix a été déterminant pour l’obtention de mon stage de troisième année chez Motul ; il cherchait un assistant community manager capable de communiquer de manière fluide en anglais et en espagnol. Au quotidien, outre mes missions quotidiennes de développement de l’engagement sur les réseaux sociaux, je participais à la réalisation des plaquettes et à la mise en place d’un fichier pour réaliser des commandes automatisées.

 

As-tu poursuivi une spécialisation commerciale pour le cycle Mastère WIBS ?

 

Oui, je me suis spécialisé en management négociation internationale. C’est ce que j’aime faire. Des années bien remplies : j’étais bien occupé entre la formation et mon implication dans le BDE. J’ai été à ce moment-là approché par le président de l’école Jean-Marc Grégo pour participer plus directement au développement de l’école de commerce. Très vite, j’ai pu prendre part à l’admission et être actif dans les salons, concours et sessions de recrutements pour informer les futurs candidats.

L’année suivante, WIBS m’a proposé un stage en alternance dans la continuité de mon M2. J’ai débuté les entretiens de sélection avec les postbac. WIBS m’a proposé une embauche directe en CDI après l’obtention de mon diplôme.

Je suis actuellement en poste en tant que conseiller admission et entreprises. La première partie de mon travail consiste donc dans le recrutement des futurs étudiants. La seconde partie est elle axée sur le développement du pôle entreprises, où je m’occupe de la prospection et la création de partenariats. L’objectif est de proposer aux étudiants des stages et contrats d’alternance nombreux et variés.

 

Que penses-tu donc aujourd’hui de l’expérience WIBS, toi qui accompagnes désormais les nouveaux étudiants WIBS au quotidien ?

 

Je pense que WIBS est un accélérateur de maturité. Je l’ai vu chez moi et je le constate chaque jour chez les étudiants. Cette école accompagne le développement personnel et professionnel des étudiants avec une attention particulière à la personnalité de chacun, ce qui me paraît être un vrai plus.

 

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui cherchent encore leur voie ?

Je leur dirais qu’ils ont 3 ou 5 années après leur bac à consacrer pleinement à leur épanouissement.

Il faut profiter des opportunités à l’international le plus tôt possible pour développer sa capacité à être autonome et faire la différence en langues. On sait qu’aujourd’hui un bac +5 sans langue vivante aura beaucoup plus de difficultés à trouver du travail.

Je leur dirai également d’oser l’alternance dès que possible : ce dispositif permet un apprentissage progressif de la mécanique de l’entreprise, et renforce significativement l’insertion professionnelle.

Je dirai enfin qu’il faut être et rester actif, même dans les périodes de doutes et de remises en question. La force de caractère est une qualité que le recruteur saura déceler dans votre parcours et votre personnalité. Il faut trouver le moyen de toujours avancer ; cela portera un jour ses fruits !

Merci Edouard ! bonne continuation !

 

Juillet 2017